4 réflexions sur « 100$ »

  1. Ils auraient pas besoijn de bien autre chose avant un ordi les ti-pauvres?!? Toute l’énergie et el cahs impliqués dans le développement n’auraient pas pu êtrs donnés directement aux pauvres? Remarquez que les autorités de ces pays les auraient mis dans leurs poches ces argents mais bon…

  2. L’ordi à 100$ n’est pas une bebelle pour jouer, c’est un outil pour apprendre. Et l’éducation est à la base même du développement des pays du tiers-monde.

    Dans une économie mondiale où les occidentaux vivent avec l’informatique dès leur jeune âge, l’initiative de Negroponte tente d’éviter une fracture tragique entre « riches » et « pauvres ».

    (By the way, l’expression « ti-pauvres », dans ce contexte, n’est pas des plus heureuse)

  3. Tout à fait d’accord, Daniel! Les organismes humanitaires, pour la plupart, oui, apportent « l’essentiel ». Mais une grosse partie de leur budget va à l’éducation.

    Pour que les jeunes puissent changer le monde, ça leur prend une conscientisation à leur condition et de la socialisation. Et comme l’idée d’un voyage est plus ou moins accessible, l’ordinateur va les aider, c’est certain!

    Oui, de l’eau et tout, ça en prend, mais de toute façon, ça vient pas du même budget. Et si plutôt d’envoyer des ingénieurs américains pour étudier la géographie d’un pays X, on formait pas une dizaine d’ingénieurs là-bas?

  4. Absolument d’accord moi aussi avec Daniel et Gabriel.

    On ne les aide pas nécessairement en envoyant de l’argent et en allant faire de la job là bas. Ce qu’il faut c’est surtout les éduquer, leur montrer comment eux-mêmes ils peuvent faire de quoi.

    L’ordinateur est un excellent moyen de transmettre les connaissances. Envoyer des livres était une autre forme d’aide à l’éducation … envoyer des ordinateurs, n’en est que l’évolution logique.

Répondre à Dany G Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *