nostalgie.

Étrangement, on pourrait croire que je suis entouré de nostalgique. Les derniers jours ont été marqués par des élans de nostalgie. Deux ans dimanche dernier, vieilles photographies, souvenirs informatiques et souvenirs. L’avantage de la nostalgie, c’est que ce n’est pas triste. Au contraire. Un goût de faire des choses, de s’impliquer, de voir arriver le printemps, de voir du monde, d’ajouter du pain sur planche, de converger. Comme si d’ici quelques jours toutes les bases seraient là pour la croissance: la fin des élections, la fin de la guerre et la fin de Star Académie. Méchante convergence tout de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *