chaud.

Puisque ça semble un sujet chaud, j’ajoute une proposition:

Mon seul problème avec CHOI est qu’ils ne respectent pas les conditions qu’impliquent leur « contrat » avec la société (représenté par le CRTC) pour l’utilisation des ondes publiques. Naturellement, on me servira l’argument de la liberté d’expression, mais dans ce cas, il n’est pas au coeur du débat, malgré tout ce que vous pourrez en dire. Le seul point de discussion ici c’est les $ et nos choix de société.

Nous n’avons pas voté pour le parti conservateur qui voulait abolir le CRTC. Alors j’imagine qu’il faudra vivre avec. Mais il existe d’autres moyens de diffusion qui assureront à CHOI une diffusion libre. Donc, à partir du 31 août, défi à CHOI de continuer à diffuser que sur l’Internet, ondes « privées » non règlementées. Ça devrait satisfaire tout le monde, non?

(Bon restera à ajuster la technologie au transport automobile et à augmenter son ubiquité, mais ça on a rien contre…)

10 réflexions sur « chaud. »

  1. http://www.radioliberte.com … Ils ont déjà commencé mais il reste BEAUCOUP de problèmes techniques à régler. En espérant que ça puisse faire. Oui c’est une question de libberté d’expression! Il existe des cours de justice pour régler les litiges. Une entité administrative ne peut pas se substituer à la justice, en aucun cas! On est pas en Haiti ici…

  2. Tut tut tut tut tut… On ne peut laisser des gens poser des gestes criminels ou illégal sans impunité simplement parce que les victimes ont des recours… Lorsque l’acte est fait, le mal est fait. Le CRTC a la « responsabilité » d’appliquer un règlement, de faire la prévention nécessaire pour ne pas qu’il y ait de débordement.

    Moi ça m’étonne d’entendre des arguments comme ça, mais bon, on est aussi dans une ville où un avocat a déjà dit qu’on avait le droit de commetre des meutres, tant qu’on était prêt à en assumer les conséquences… (c’est beau la liberté!)

  3. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent qu’il ne s’agit pas d’un problème de liberté d’expression. Certes la décision du CRTC est en adéquation avec sa mission. Mais si la mission du CRTC inclus la surveillance des idées communiquées par les animateurs de radio, alors j’ai un méchant problème avec la méthode car le CRTC n’est pas un tribunal ou un comité parlementaire mais un conseil de fonctionnaires (qui soutiendra que la corruption et les pressions politiques ne sont pas envisageables?) qui détient là un pouvoir beaucoup trop étendu pour la santé de la démocratie. Qu’un comité administratif mesure le pourcentage de contenu francophone d’une station, son format ou sa puissance émettrice, je veux bien. Mais évaluer le bon goût des propos de quelqu’un et donc limiter sa liberté d’expression devrait être fait avec beaucoup plus de précaution, de transparence et d’apparence de justice que ce le CRTC a démontré.

    La liberté d’expression est précieuse. Il faut la défendre mais il faut aussi en prévenir les abus. La ligne est difficile à placer. Mais vue l’histoire récente de l’humanité et ce qui se passe actuellement en Chine, en Corée du Nord ou à Cuba, s’il faut choisir, je préfère trop de liberté à pas assez.

    L’argument de la pollution des ondes est faible. Si quelqu’un déverse un quelconque produit dangereux dans mon jardin, je serai confronté à des conséquences réelles, immédiates et objectives – destruction de la flore, mutation de mes gamètes, mauvaises odeurs, etc. – dont personne ne contestera l’aspect négatif et je devrai nettoyer au prix de grands efforts. Or, en ce qui a trait aux idées, ce qui sent le purin pour l’un peut sentir les fleurs pour l’autre. Par exemple, lors de la dernière campagne électorale fédérale, j’ai vu ma télévision d’état forcée de me présenter des messages publicitaires d’un parti marxiste. Pour moi, les idées proposées par ce parti (dont les membres sont vraisemblablement des gens honnêtes et bien intentionnés) son bien plus mauvaises et dangereuses que tous les dérapages de Jeff Fillion réunis. Mais je considère l’existence de ce parti comme un élément d’une saine démocratie.

    Le fait que la station la plus écoutée dans la région soit qualifiée de « radio-poubelle » ou de pollution des ondes par autant de gens m’attriste car cela démontre à quel point l’esprit démocratique est superficiel dans notre société qui le prend pour acquis. Si 380000 personnes sont trop connes pour différencier le bien du mal, que vaut leur droit de vote? Le méritent-ils?

  4. Ce débat sur la liberté d’expression me fait sourire.

    En tant que Montréalais, je n’ai jamais vraiment écouté CHOI, sauf quelques fois, par inadvertance, lors d’un passage sur Québec.

    Ce qui me fait tant sourire, c’est que la majorité des gens s’offusquent aujourd’hui au nom de la liberté d’expression.
    Où était-elle cette liberté d’expression lorsque le CRTC a adopté la loi sur le code déontologique ? Quelles voix se sont levées lors de son enchâssement à toutes les licences radiophoniques et télévisuelles ?
    Je ne comprends pas qu’aujourd’hui, on puisse monter aux barricades au nom de la liberté d’expression, alors que toutes les parties savaient quelles étaient les règles en jeu, et surtout qu’elles étaient les conséquences en cas de non-respect des ces règles.

    Est-ce que le mécanisme doit être révisé ? Peut être. Peut être aurait-il fallu créer un Conseil des sages indépendant qui aurait eu à évaluer la pertinence des plaintes qui ont été formulées ?
    Mais pour l’instant, le CRTC a utilisé à bon escient les limites de ses pouvoirs.

    En fait, Genex ne croyait pas que le CRTC appliquerai intégralement les articles de la Loi. C’est pourquoi elle est étonnée aujourd’hui et condamne la décision au nom de la liberté d’expression. Elle a été suffisamment avertie qu’elle contrevenait aux règles qu’elle avait acceptées. Elle ne croyait tout simplement pas qu’elles seraient mises en application.

  5. Le liberté d’expression est à la base même de la démocratie! Pas la liberté de commettre des meurtres…

    On vit dans une société qui se prétend démocratique (?) et qui se targue d’avoir une liberté d’expression…

    Y a personne qui croit que l’on vit dans une société dans laquelle il y a une liberté de tuer ou de poser quelqu’autre acte illégal que ce soit…

    Ce sont là deux niveaux complètement différents et je n’admet pas que ce parallèle puisse se faire pour rabrouer les propos de Jeff Fillion ou de n’importe quel autre communicateur…

    Si la liberté d’expression devient un geste illégal, on a un problème…

    Et ce ne devrait pas être à un groupe de fonctionnaires à décider ce qu’une population doit écouter…

    S’il y a des litiges causés par la liberté d’expression de quelqu’un, les tribunaux sont là pour ramener les gens à l’ordre…

    Tut tut tut tut…

  6. Il faut effectivement faire attention de ne pas tout mélanger. Je n’ai rien contre les 380 000 personnes qui écoutent CHOI, ni contre les milliers de personnes qui fument du pot, ni contre les gens qui roulent à 130 sur l’autoroute au nom de leur liberté personnelle. Ce ne sont pas des caves, ils savent ce qu’ils font, ils sont probablement prêt à subir les conséquences de leur choix à un niveau personnel. Là où j’ai un problème, c’est sur le fait que nous avons, en société, défini des règles et des moyens de faire respecter ces règles.

    Bien d’accord avec le premier Sébastien, que ce n’est peut-être pas le rôle du CRTC de décider ça, mais pourtant personne n’a chiâlé avant. Mais comme le dit le deuxième Sébastien, les parties ont acceptées les responsabilités et les règles du jeu, personne ne peut crier au scandale ici.

    D’ailleurs, tout ce cirque (parce que ça va rapidement tourner au cirque, on est à Québec tout de même!) prouve tout de même que le pauvre Jeff n’est pas très bayonné… Je ne l’ai jamais autant entendu en 24 heures!

  7. La diffamation est un acte illégal (pas la démagogie malheureusement!). Permettre la diffamation impunément au nom de la liberté d’expression, sur des ondes publiques? Ce n’est pas le choix que notre société à fait, c’est écrit/voté/approuvé depuis longtemps, pourquoi s’en étonner soudainement?

  8. Il faudrait peut-être prendre la peine de lire le texte du CRTC avant de dire n’importe quoi. Voici un extrait :

    «Le Conseil a considéré que des propos offensants exprimés par des animateurs sur les ondes de la station ont risqué d’exposer à la haine ou au mépris certains individus ou groupes d’individus pour des motifs fondés sur la déficience mentale, la race, l’origine ethnique, la religion, la couleur et le sexe. Le Conseil a constaté de plus que des animateurs de la station ont fait preuve d’acharnement indu dans leur utilisation des ondes publiques pour notamment insulter et ridiculiser des gens.»

    On ne parle pas d’un jugement lié aux idées des animateurs, mais bien de propos illégaux en fonction de la Loi sur la radiodiffusion canadienne. Que leurs idées soient d’extrême droite, marxistes ou autre n’a rien à voir !

    Ca vaut la peine de lire le texte :
    http://www.crtc.gc.ca/frn/NEWS/RELEASES/2004/r040713.htm
    et des extraits des propos reprochés :
    http://www.cyberpresse.ca/actualites/article/1,63,0,072004,734529.shtml

  9. MrZbra,

    Le commentaire sur le fait qu’il était « légal de faire un meurtre si on est prêt a en assumer les conséquences » a été formulé à la télévision par Me Bertrand, l’avocat qui conseillait la station lors des audiences devant le CRTC…

    Il voulait illustrer le fait que puisque les victimes avaient des recours (légaux), on pouvait faire n’importe quoi au nom de la liberté d’expression. (argument avec lequel je ne suis personnellement pas d’accord…)

  10. Belle enfilade de commentaires.

    Au risque de ma vie (!), j’avoue que je fais partie des 380 000 auditeurs de CHOI, tout comme je fais partie des auditeurs de toutes les autres stations de radio FM à Québec. C’est tout à fait accessoire à la discussion en cours mais la façon de compter les auditeurs doit être révisée.

    Je suis un pitonneux invétéré, surtout pour la radio à Québec. Aucune station et aucun animateur ne réussissent à m’accrocher plus de 15 minutes en ligne. Alors, je fais le tour… et le tour encore. Ces tours me font parfois arrêter au 98,1.

    Dans le débat présent (pas juste ici mais dans toute la ville), ça m’agace toujours un peu d’entendre des personnes porter un jugement sur CHOI et ses animateurs alors qu’ils n’ont jamais vraiment écouté la station. Ce qu’on en dit dans les journaux et à la télévision, ce ne sont que les pires moments.

    La musique de CHOI n’est pas ma musique. Plusieurs animateurs de CHOI, comme dans beaucoup d’autres stations, ont beaucoup de difficulté avec la langue française, et ça m’agace vraiment beaucoup. La tendance très « américaine d’extrême-droite » de la plupart des animateurs ne me rejoint pas non plus. Mais ces propos m’attirent parfois justement parce que ça me permet de voir comment ça se passe de l’autre côté de la cloture.

    Jeff Fillion fait de la « trash radio » à l’occasion. C’est cette partie qui doit être éliminée des ondes et qui est choquante, voire scandaleuse. La plupart du temps, il fait de la radio d’opinion, opinions avec lesquelles on peut ne pas être d’accord (et c’est ce qui arrive la plupart du temps). Mais doit-on le faire taire pour ça alors que d’autres peuvent écrire ou dire leurs opinions sur certaines personnes sans représaille? Des soi-disant éditorialistes ou « columnists » dans les quotidiens traitent parfois des personnalités publiques de façon aussi blessante que Fillion le fait. Même chose pour certains animateurs télé dans certaines circonstances. Les représailles sont-elles aussi importantes?

    Quelle est la différence? Genex, CHOI et Jeff Fillion sont probablement les victimes d’un règlement de comptes. Dommage. Avec ou sans CHOI, le paysage radiophonique de Québec demeurera aussi pauvre, malheureusement. Je n’aime pas, par contre, qu’une poignée de fonctionnaires puisse décider du sort de dizaines d’employés dont le seul crime était de donner au public ce que le public voulait, même si ce public voulait de la cochonnerie en grande partie. On a les gouvernements qu’on se donne… On pourrait aussi dire qu’on a la radio qu’on se donne. À quand un CRTC pour annuler les mauvaises décisions de nos politiciens?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *