montréal.

Y’a quelque chose de particulier à propos de Montréal le soir. Le feeling d’une ville, le feeling de la nuit, une grande ville dans un petit monde, peuplée d’humains, pas mal tous pareils au fond. Toujours plaisant à observer, cette faune. C’est mon côté sociologue qui parle, je crois.

Une réflexion sur « montréal. »

  1. J’ajouterais qu’il y a quelque chose d’indéfénissable qu’on ne retrouve pas ailleurs. Une sorte de franchise, de liberté, de désir d’espace, latent, sous des airs endormis, surtout en ce moment, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *