mémoires.

cinéma: mémoires affectives.

Toujours plaisant de voir l’évolution d’un confrère de classe du secondaire, presque jaloux de la chance qu’il a de pouvoir créer des choses de cette envergure.

Une jeune fille à la fenêtre était un excellent premier film, même si on sentait quelques clichés cinématographiques québécois: la neige, le sang, la fille à la fenêtre, Anne Hébert et Kamouraska. Mémoires affectives s’inscrit dans une lignée qui promet, toujours la neige et l’hiver, mais une approche plus personnelle, plus mature, à l’intersection des Mémento, Un crabe dans la tête et de l’humour subtil et intelligent des films de Robert Lepage. Beaucoup aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *