change.

Tiens Ph peste contre les chèques, ça me donne le goût de parler d’argent!

En tant qu’économiste on nous a appris qu’un système économique était « efficace » lorsque les coûts de transaction tendaient vers zéro. Les coûts de transaction sont habituellement de trois formes: le coût de trouver le bien/service à se procurer (magasinage, qualité, quantité, etc.), le coût d’encadrer la transaction (confiance, réglements, contrats, ententes, etc.) et le coût transactionnel lui même (l’échange lui même, contre un autre bien/service ou contre de l’argent).

L’argent (sonnant!) permet de diminuer le coût d’une transaction en jouant le rôle d’objet d’échange universel. Mais pourquoi donc ne travaillent-on pas à simplifier encore plus ce que ça coûte de « payer »? L’expérience de paiement la plus simple que je connaisse depuis quelques années, c’est le SpeedPass. Voilà que les américains se lancent dans la carte de crédit RFID, bien différente de la carte à puce des français.

Où en sommes-nous au Canada pour la mise en place d’un tel système? Pourquoi la Monnaie royale canadienne ne se transformerait pas en organisme émetteur d’un outil de paiement universel électronique? (j’ai rien contre les initiatives privées, mais il me semble qu’une gestion indépendante et universelle serait plus à l’avantage de tout le monde.) Quelle énergie perdons-nous à rouler notre monnaie, à compter le profit des distributrices, etc.?

Même débat pour les chèques et les transferts de fonds (pourquoi n’adoptons nous pas le IBAN comme les européens?).

Je n’ai pas une confiance aveugle dans l’électronique, mais je ne crois pas qu’aucun moyen électronique ne soient moins sécuritaires ou plus coûteux que l’actuel système de chèque, monnaie et carte de crédit.

Je suis un chaud partisan du « un seul compte de banque, un seul moyen de paiement », si un jour ça devient possible.

Une réflexion sur « change. »

  1. Absolument d’accord.
    Ceci allègerait énormément les problèemes liés aux transactions, notamment pour mon ami français qui doit passer son temps à faire des transferts et appeler constamment sa banque à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *