De la fin hâtive du printemps.

Alors que je commençais à peine à me motiver pour le «grand ménage du printemps», voici que l’hiver est revenu. On aura même pas eu d’été!

Définitivement, la première semaine d’avril restera toujours, pour moi, entre la vie et la mort, une éternelle renaissance. Un signe des temps?

2 réflexions sur « De la fin hâtive du printemps. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *