De l’ouverture des données…

En explorant le superbe Waka.ca ce matin, je me demandais bien qui était derrière ça… La seule chose que je peux leur reprocher c’est de ne pas exposer l’entreprise elle même, ça donnerait encore plus de crédibilité à ce site dangereusement efficace. Samuel Bouchard, Jean-Sébastien Bouchard (un autre!), Wendy Careau (analyste marketing).

Mais ma question est plus philosophique. Pourquoi les gens qui possèdent ces contenus à la base ne sont ils que trop rarement capable d’avoir une vision aussi pratique et efficace. Comment peut-on laisser les gens qui ont cette vision s’amuser avec les données et innover? Il y a tellement de sites sur Internet que je referais (bon ok, pas moi personnellement) en quelques heures (bon ok, jours ou semaines parfois) juste en ayant accès aux données. Vous me direz d’aller voir ces entreprises et de leur offrir mes services? C’est pas faute d’avoir déjà essayé, mais rarement sont ils en mesure de comprendre (ce qui n’est pas un défaut, ils ont leurs contextes et leurs préoccupations qu’il faut respecter).

Les gens de Waka pourraient sans aucun doute offrir des versions plus évoluées de leur site à la Chambre Immobilière, ou même devenir la banque de la SIA, je connais des courtiers qui seraient heureux.

Peut-être pourrions nous convaincre les clients qu’en plus de créer leur site web, ils devraient autoriser d’autres personnes à utiliser leur base de données pour y créer des interfaces plus intéressantes hors du site principal. (Tiens, je crois que je vais tenter le coup avec un festival…)

7 réflexions sur « De l’ouverture des données… »

  1. Bonjour CFD, merci pour la suggestion de présenter notre entreprise plus clairement. On le fera. J’admets que la crédibilité est importante pour un moteur de recherche.

    À ta question « Pourquoi les gens qui possèdent ces contenus à la base ne sont ils que trop rarement capable d’avoir une vision aussi pratique? », j’imagine que ça dépend des secteurs. Pour celui qui nous concerne, l’immobilier:

    – Tous le sites sont conçus en fonction des vendeurs, donc dans la majorité des cas en fonction des agents et courtiers. Waka est le seul site conçu uniquement en fonction des ACHETEURS. Pour le concevoir, on s’est mis dans la peau d’un acheteur et on s’est demandé « qu’elle serait la façon la plus efficace pour trouver sa maison? » Tous les sites d’immobilier ont le même objectif: faire faire des transactions immobilières. Seulement waka approche le problème du point de vue de l’acheteur.
    – Nouvelles générations, nouvelles mentalités, nouvelles méthodes. Avant l’Internet, toutes les maisons à vendre par des agents se retrouvaient dans le livre inter-agence. Cette brique avait l’allure d’un annuaire et sortait à tous les mois. Les agents ne pouvaient l’utiliser que pour eux. Ils ne pouvaient le prêter à des clients. Ils conservaient jalousement leurs données, ce qui justifiait en partie leur travail. Ces mêmes personnes qui travaillaient de cette manière ont vu l’Internet arriver. Comment concilier leur mentalité à celle de la toile, complètement à l’opposée? Plutôt difficile, d’ailleurs ce n’est pas encore fait. J’espère que waka les convaincra que c’est à l’avantage de tous de diffuser l’information parce qu’en bout de ligne, c’est quand les maisons se vendent que tout le monde est content, agent, courtier, acheteur et vendeur.

    Avec quel festival tenteras-tu le coup d’ouvrir les données?

    ps: la page « Ã  propos » sur mon blog est en français aussi, si tu veux ajuster ton lien.

  2. Merci Samuel pour les réponses!

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est l’approche utilisateur qui donne toujours les meilleurs sites. Contrôler complètement cet aspect, c’est l’avantage des sites auto-produits par des gens qui ont cette vision.

    La frustration constante d’un studio c’est d’essayer de faire des compromis entre cette vision centrée utilisateur et les exigences de nos clients ont des réflexes plus traditionnels.

    Pour le festival, je ne peux ouvrir leurs données, mais j’aimerais bien avoir accès direct à leur base de données pour faire une version de leur site « axé utilisateur », quelque chose de simple. C’est un festival connu de Québec, un festival d’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *