Du fin «fonds» du budget…

Les entreprises des nouvelles technologies de l’information de plus de 5 employés auront droit à un crédit d’impôt de 30 % des salaires. Cette aide n’est pas réservée aux entreprises établies notamment dans la Cité du multimédia, mais à l’ensemble du territoire.

11 réflexions sur « Du fin «fonds» du budget… »

  1. J’achète du EA en bourse!

    J’achète du Ubi en bourse!

    J’achète du IX ! Arg, pas (encore!) en bourse.

    Évidemment ce petit extrait déchaîne mon imagination juridique: Ecq des branches de Canoe, Videotron, PKP se qualifient ?

    Alors donc, je suis heureux pour les TI qui en ont vraiment besoin.

    FL

  2. @Gilles: c’est dans pire que ça: c’est quoi la définition « d’affaires électroniques ». Ça peut être très vaste ou bêtement réducteur.

    @Cédric: page F.18 du budget. Aucun commentaire de ma part sur l’incapacité du site web du Ministère des finances à subir la demande au cours de l’après-midi… Ils le savent pas que ça va être populaire?

    @Me Lebel: Il semble que oui, reste à voir les définitions.

  3. @gilles

    Je ne peux me risquer à plus que ce que le budget donne (desole pour le long message):

    voici le lien vers le pdf explicatif: http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2008-2009/fr/documents/pdf/RenseignementsAdd.pdf

    « Activités admissibles
    Pour l’application de ce crédit d’impôt, l’expression « activités admissibles »
    désigne les activités suivantes :
    ⎯ les services conseils en technologies de l’information reliés à la technologie,
    au développement de systèmes, aux processus et aux solutions d’affaires
    électroniques (par exemple, la planification stratégique, la reconfiguration des
    processus d’affaires et la conception d’architecture technologique);
    ⎯ le développement, l’intégration, l’entretien et l’évolution de systèmes
    d’information (par exemple, les progiciels de distribution et les logiciels et
    programmes informatiques) et d’infrastructures technologiques (par exemple,
    la mise à niveau de l’architecture technologique et l’intégration des
    composantes matérielles et des logiciels);
    ⎯ la conception et le développement de solutions de commerce électronique
    (par exemple, les portails, les moteurs de recherche et les sites Web
    transactionnels);
    ⎯ le développement de services de sécurité et d’identification (par exemple,
    l’imagerie électronique, l’intelligence artificielle et l’interface) liés aux activités
    de commerce électronique (par exemple, la sécurité sur les réseaux Internet). »

  4. Donc on fait suite au rapport Gagné et on finance allègrement les entreprises de TI québécoises qui, on le sait bien, sont fort à plaindre ces temps-ci. Come on!
    On coupe combien dans la santé pendant ce temps-là? On fait quoi pour aider les plus démunis à accéder à la culture numérique?

  5. Depuis le temps qu’elles reçoivent des subventions, les entreprises établies dans les « cités » du multimédia devraient être capable de voler de leur propres ailes, en 2008, non?

    Dans les faits, les entreprises en technologies de l’information qui exportent semblent avoir plus de succès, qu’elles soient établies dans des « cités » ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *