De la thèse de doctorat.

On s’est toujours bien amusé à lire les titres de thèses dans le journal de l’Université.
Ça ne change pas… La preuve, via Clément:

L’exposition amovible. Le réfrigérateur, un support méconnu de l’expressivité photographique en milieu familial

Marine Da Costa met en avant l’émergence du lieu-réfrigérateur dans l’aire familiale. Articulé sur l’antagonisme structural cuisine/salon, celui-ci représente le pôle iconographique actif, par opposition à la télévision, pôle iconographique passif. La chercheuse montre l’existence d’un transfert, qui s’amorce dès le début des années 1980. Anticipant d’une bonne dizaine d’années sur la perception du déplacement des activités de loisir, le réfrigérateur s’avère constituer un précurseur inattendu des mutations aujourd’hui à l’oeuvre.

Étrangement intéressant! Un poisson, mais tout de même.

2 réflexions sur « De la thèse de doctorat. »

  1. Mais l’important n’est pas là!

    Il faut toujours se souvenir qu’un aimant ne tient pas sur de l’acier inoxydable.

    Une autre raison pour se méfier des tendances design…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *