De la constellationW…

Il fallait bien que Cartier ferme la chose pour que les réactions se fassent entendre. Je dois avouer que je ne partage pas les constats qu’il fait en conclusion (voir Martin pour le communiqué complet). Particulièrement cette dernière:

« Alors, les générations montantes tenteront de refaire le monde en ignorant que d’autres avant eux avaient oeuvré dans ce sens. Ils recommenceront encore une fois à zéro. Il ne reste que la honte de partir sans laisser d’héritage à ces prochaines générations. »

L’insuccès de Constellation vient peut-être du fait que la réflexion est restée à un niveau hautement philosophique sans accroches aux réalités et au contexte des générations montantes. Savoir faire le pont entre les générations est une qualité essentielle pour «faire le monde». Quant à la « honte de partir sans laisser d’héritage », elle n’appartient qu’à l’incapacité de laisser le site et la réflexion en ligne pour que ces futures générations en bénéficient, cet absence de suite démontre peut-être une triste incompréhension du médium (tant de liens sur Google qui ne mèneront nulle part!).

La capacité d’accepter, pour une « ancienne génération », que le monde change et que les paradigmes (oui, oui, j’ai bien dit les paradigmes!) peuvent être différent chez la « nouvelle génération » est quand à moi tout aussi importante que l’inspiration et le respect que doit avoir la « nouvelle génération » pour les réflexions de ceux qui les ont précédés. Il faut savoir raconter ses histoires. C’était mon bout de réflexion.

Bref, ceci étant dit il reste une bonne partie de sa réflexion sur MichelCartier.com
(pas de commentaires sur la qualité ergonomique du site, personnellement, les sites qui viennent avec une légende pour expliquer la navigation, ça enlève un peu de crédibilité à la réflexion elle même…dommage.)

Ceci étant dit, depuis quelques temps, je me demande de quelle génération je suis et je me demande aussi si je dois vraiment me poser la question!

8 réflexions sur « De la constellationW… »

  1. Tentative de centraliser ce qui n’auraît peut-être simplement pas dû l’être.

    J’ai souri en lisant le passage sur le « brouhaha du Web ». ConstellationW tentait de centraliser l’information au lieu de la filtrer, peu importe d’où elle provenait. Les bonnes idées ne sont pas l’exclusivité d’un « club select » auto-proclamé et même si c’était le cas, pourquoi restreindre la diffusion à un seul site?

    C’est justement l’antithèse du Web collaboratif que de tenter de tout centraliser sur un site qui se dit lui-même l’expression d’une collaboration…

  2. C’est malheureusement la preuve qu’il n’était plus de son temps : il n’a pas su voir comment fonctionne la société numérique du web collaboratif.

    C’est dommage qu’il insiste pour croire que c’est là son seul héritage (et en plus, son site n’est même plus en ligne). C’est orgueilleux. Son héritage, il l’a déjà donné (il a apporté une réflexion sur le multimédia alors que personne ne savait se qu’était un ordinateur).

    Bien sûr, il est triste de devoir laisser sa place, mais la « jeune génération » est déjà en train de collaborer…selon de nouveau standards…

  3. je ne connaissais pas le projet de la ConstellationW. j’ai commencé à recevoir leurs communiqués il y a quelques mois, que je trouvais si hermétiques et old school que ça ne m’a guère poussé à m’intéresser au projet comme tel…

  4. J’ai beaucoup de difficulté avec ses propos.

    Quand il parle des autres générations, aussi méchantes et insipides peuvent-elles être, j’hésite à choisir entre la fermeture d’esprit et le désespoir pour justifier son mépris.

    Bien dommage, admettre l’échec, c’est une étape, mais pour persévérer il faut savoir s’entourer de gens qui savent combler nos lacunes et il semble qu’il aurait bien eu besoin d’ouverture face aux autres générations.

    Tant pis pour lui, on le refera seuls, le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *