Du bixi et du bisbille marketingâ„¢.

Si vous étiez dans le marketing d’un truc comme le Bixi, vous auriez pensé aux réseaux sociaux comme moyen de promotion. Quitte même à les inventer.

Auriez-vous même été assez intelligent pour vous arranger pour que le commentateur le plus en vue de la «blogosphère» sortent le scoop «d’une arnaque» le jour même de l’arrivée des Bixis? Multipliant par 1000 la visibilité du produit par ce mécanisme si cher aux réseauteurs sociaux: le «bisbille marketing»™.

Patrick, vérifie donc tes sources, peut-être avaient-elles tout à gagner que tu « découvres » le pot-aux-roses et le publie aujourd’hui!

17 réflexions sur « Du bixi et du bisbille marketingâ„¢. »

  1. Hypothèse pas bête du tout, Carl-Frédéric. Ceux qui sont assez ratoureux pour concocter une manipulation de blogosphère le sont certainement assez pour manipuler des journalistes, d’autant plus quand ceux-ci sont fébrilement en quête de scoops. L’hameçonnage n’existe pas qu’en ligne. Mais tout cela reste à vérifier.

  2. Sachant que le chroniqueur travaillait depuis trois semaines sur ce topo, je suggère donc plutôt la conclusion suivante: Et si le média avait attendu au contraire le lancement du Bixi pour publier le truc et profiter de la visibilité? Hummmm?

  3. Autre hypothèse fort probable, Michel, qui montre par ailleurs comme il est facile de se perdre en conjectures.

    « Sachant que le chroniqueur travaillait depuis trois semaines sur ce topo ». Détail intéressant qui illustre un tant soit peu le travail journalistique.

  4. @françois
    Fait: le chroniqueur travaillait sur cette histoire depuis plus de 2 semaines (presque trois)
    Fait: le chroniqueur a aussi publié récemment une autre histoire embarassante sur André Morrow (et sa conjointe Mme Hébert).
    Hypothèse: Et si la source primaire était au contraire quelqu’un qui voulait embarrasser M. Morrow?
    Fait: le chroniqueur a pris le temps de vérifier bien des sources et de poser des questions à plusieurs personnes.
    Hypothèse: son billet était-il complété la semaine dernière? Aurait-il pu être publié ce week-end? A t-on attendu aujourd’hui pour bénéficier de l’effet Bixi? Ou la Presse l’a t-il publié aujourd’hui uniquement parce que… c’était aujourd’hui le tour de Lagacé à avoir de l’espace papier?

  5. Vérification de la dernière hypothèse auprès de l’auteur lui-même: La Presse a publié le papier aujourd’hui uniquement parce que c’était son tour aujourd’hui d’avoir de l’espace papier. Et aussi parce que le chroniqueur a complété son billet hier, après avoir acheté le livre «On Bullshit». 😉 Cela dit, la citation ne provient pas du livre, mais d’une entrevue vidéo de M. Frankfurt.

  6. De plus en plus difficile de partager le vrai du faux…
    Et qu’un journaliste de la presse écrite saisisse l’occasion de jeter un voile sur la crédibilité des journalistes blogueurs n’est-elle que pure coïncidence?

  7. La seule chose que je ne trouve pas géniale dans cette histoire, c’est que ce ne sont pas des vrais blogueurs mordus de vélo qui aient été «rémunérés» pour faire la même chose. Je ne vois pas pourquoi on crie au meurtre.

    Le but ? Faire connaître le produit
    Comment ? En faisant en sorte que les gens en parle
    Résultat ? Ce matin, tout le monde connaît le produit, et tout le monde en parle 😉

    Si t’es un amateur de vélo qui a appris plein de chose sur le sujet en adressant des commentaires à un personnage fictif, est-ce bien malsain ? Beaucoup de gens laissent des commentaires sur des blogues, et se foutent pas mal de la personne qui a écrit le billet, c’est-à-dire que l’important c’est d’être lu. Ceux qui allaient sur ce blogue étaient des amateurs de vélos, non ?

    P.S. Je m’adresse aux gars : quand vous allez aux danseuses et que la fille vous dit qu’elle s’appelle Cassandra, est-ce que ça vous choquerait vraiment de savoir après coup que c’est une étudiante en science infirmière qui s’appelle Chantal ? 😉

  8. Michel D a bien raison. À Diane Massicotte – le dit journaliste de la presse écrite est aussi un des blogueurs journalistes les plus connus au Québec alors pas de conspiration de ce côté-là. Patrick ne fait que souligner l’utilisation plus que douteuse des médias participatifs dans une campagne. Il ne faut rien comprendre aux médias sociaux – ou simplement vouloir en profiter sans suivre les règles, pour conseiller une telle stratégie à un client. De toute évidence, il y a ceux qui s’y connaissent et respectent leurs publics cibles, et ceux qui ne veulent que « cash in »…

  9. précison à Nathalie B

    Un journaliste qui blogue sur le site du média pour lequel il est salarié c’est autre chose qu’un journaliste qui tient un blogue perso. Y en a toujours qui veulent le beurre et l’assiette aussi. Faut savoir à quelle enseigne on loge. Question d’honnêteté et de loyauté.

  10. «Fait: le chroniqueur a aussi publié récemment une autre histoire embarassante sur André Morrow (et sa conjointe Mme Hébert).»

    La conjointe de André Morrow, ce serait pas Liza Frulla?

    Pour le reste, avec le recul, j’ai trouvé que vous aviez la gachette rapide avec le journaliste blogueur M. CFD. Je ne vous reconnais pas.

  11. Gachette? J’espère que ça ne sonnait pas comme si j’en avais contre Patrick, ce n’était pas le cas du tout. La question était ouverte.

  12. Oopps, c’est comme dire le boulevard Dorchester au lieu du boulevard René-Levesque. C’est ça les vieux cons. Je parlais bien de Liza Frulla, ex Liza Frulla-Hébert.

    Cela dit, dernier fait pour répondre aux interrogations du blogueur, j’ai posé LA question à Patrick Lagacé, question que le blogueur n’osait pas poser directement dans son billet, à savoir:

    T’es tu fait pisser dans l’oreille par quelqu’un associé de près ou de loin à Morrow pour
    en parler? Parlez en en mal ou en bien, mais parlez-en? Bref, crois tu t’être fait manipuler?

    Et la réponse: Le Bixi est une bibitte populaire qui n’a pas besoin d’une controverse semblable pour gagner de la couverture. Morrow n’est pas le genre à aimer se retrouver dans un texte semblable. Il a l’air d’un c…. Et « plusieurs » confondent sens critique et paranoïa.

    Et il y a même une petite suite à cette histoire, suite que je me dois de garder pour moi, mais qui me prouve hors de tout doute que Monsieur Morrow n’était vraiment vraiment vraiment vraiment (ais-je dit vraiment? pas de bonne humeur suite à la parution de l’article.

  13. Moi je trouve que Morrow fait exactement ce qu’il voulait qu’on fasse… Que l’on en parle. Tout le monde en parle sur le web. Probablement que c’est Morrow qui à fait coulé l’info à Lagacé. Quelle coincidence!?!?! Le jour du lancement du Bixi… ça devait être arranger…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *