chemin.

Ma très chère mère a toujours utilisé l’expression « aller porter les vidanges au chemin » pour qualifier l’action de sortir les vidanges. Ça m’a toujours semblé étrange parce que, pour la plus grande partie de ma vie, l’acte de veiller à la disposition des ordures ménagères se limitait à les déposer le long d’une rue très urbaine du quartier Montcalm, ou mieux encore, à faire quatre pas bien au chaud, parfois même en pyjama, jusqu’à la chûte à déchets du condo.

Mais ce soir, je suis sous le charme, le rurbain que je suis habite maintenant sur un véritable « chemin » et peut enfin, même dans la tempête, donner tout son sens à l’expression maternelle! Joie!

4 réflexions sur « chemin. »

  1. Rien de tel que d’aller porter les vidanges, les soir, avec une petite neige mottoneuse et un petit -5 à 0 degrés. Ça réconcilie avec le vie! 🙂

  2. C’est un peu comme la reine de toute les brouettes ! En plus, tu peux gratter ton entrée, transporter du bois (maintenant que j’ai vu ta scie à chaîne), faire faire des tours aux enfants, très cool !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *