Du webcom 2007…

C’est beau la salle, l’internet fonctionne bien. La conférencière a dit que Twitter était important et WoW aussi. Je me sens rassuré.

De la conférence de Madame Lawley, je retiens: « Twitter is important ».
De la conférence de Michel Leblanc, je retiens: le concept de « bisbille marketing ».
De la conférence de Mario Asselin et ses amis, je retiens: il y a de la relève!.
De la conférence de Sébastien Paquet: les wikis ça donne faim (désolé, la faim cause la perte d’attention!)

Bisbille Marketing™: chiâle sur ton blogue, attend que le chiâlé te contacte, lui vendre tes services.

10 réflexions sur « Du webcom 2007… »

  1. C’est cheap un peu et si c’est tout ce que tu as retenue c’est vraiment triste… L’idée était plutôt de monitorer son brand et de faire une place pour l’insatisfaction chez soi parce qu’ailleurs ça fait plus mal. Mais si tu préfère croire qu’en exemple concret qui m’expose à des problèmes potentiel plus qu’à des bénéfices possible n’est donné que dans une optique de marketing personnelle, c’est vraiment décevant….

  2. J’avais cru comprendre (et être fasciné justement!) cette capacité à utiliser le blogue comme outil marketing personnel, sans pour autant renoncer à la bisbille, et essayant même de la convertir en occasion d’affaires. Je trouvais ça brillant de le faire de façon équilibrée et si ouverte…

    Le concept du Bisbille Marketing, c’est le concept du parlez en en bien, parlez en en mal, mais parlez en. Rien de mal là dedans.

  3. Étrange qu’ici tu sois soi-disant fasciné et que chez Dumais tu suggères de ne pas la mettre en pratique! Est-ce la naissance de bisbille-posting? De toute façon, le concept « bisbille » vient de toi et il te va comme un gant. Je trouve juste étrange que tu retiennes de ma présentation un concept que tu inventes toi-même et donne l’impression que ce concept vient de moi. M’enfin… Si jamais tu donnes à ton tour une conférence, je me ferais un point d’honneur à aller t’écouter et à ramasser ton discours d’une heure en une phrase choc n’ayant qu’un rapport éloigné avec l’ensemble des pratiques qui ont été invoquées. C’est à suivre donc. À moins que tu ne préfères bitcher que de l’estrade des spectateurs?

  4. Je suis fasciné, oui et je ne crois pas que Dumais devrait l’utiliser, ça ne lui irait pas très bien. On peut-être fasciné par des approches sans pour autant vouloir (ou pouvoir) les mettre en pratique.

    Je peux enlever tout référence à ta présentation si tu veux, j’avoue que le concept n’y était pas directement présenté.

  5. Mmmmmm, non. Dumais ne l’utilisera sûrement pas. Pas son genre d’éthique, il a d’ailleurs déjà posté un commentaire ici sur la table ronde de Caux et l’éthique en affaire, un truc sûrement pas enseigné aux valeureux guerriers des HEC. Chacun ses valeurs, ça prend de tout pour faire un monde.

    PS: je taquine, car en réalité, il y a la Chaire de management éthique aux HEC qui parle de la table ronde de Caux. Petit détail peu connu, il y eu même un temps cette sympathique mère indigne qui faisait partie de l’équipe de la Chaire en éthique des affaires de l’Université de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *